Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 23:07

Généralement la notion de temps semble absente de toute critique car c'est une notion qui ne s'appuie que sur elle-même.

 

Existe-t-il dans une autre discipline scientifique une notion, un concept, une  théorie possédant ce privilège incroyable? L’auto explication.

 

Poser la question est y répondre.


J’ajoute que  mon texte ne doit, en aucun cas, être compris dans le sens "remise en cause" des théories relativistes ou autres théories mais plutôt comme une réflexion sur la seule notion de temps ou, plus précisément, la conception et l’usage de cette conception qui sont l’apanage de la pensée unique sévissant dans le microcosme scientifique. Etrange similitude avec la politique ou existe la pensée unique si néfaste pour les travailleurs.
 Cette notion, vous en conviendrez peut-être avec moi, détermine à elle seule beaucoup, beaucoup trop de choses sans pratiquement de remise en cause. 

Telle qu'elle est admise aujourd'hui cette notion nuit dangereusement à la planète.

Comment et en quoi?

Le comment est perfide comme n'importe quel capitaliste venu. Ce comment peut aisément se vérifier dans les innombrables échanges de marchandises que Karl Marx a très bien "décortiqués". En réalisant ce "travail" titanesque Karl Marx a permis de faire comprendre aux capitalistes eux-mêmes ce sur quoi leur sordide exploitation reposait. Le comment peut être résumé dans le seul fait que n'ont droit de cité que les dogmes économiques bien en cour.

Pourtant ces principes sont loin, très loin d’avoir une quelconque efficacité quelque soit le domaine abordé. Mais c’est surtout dans le domaine de l’humain que l’arnaque intellectuelle est la plus criante. A ce propos, voici quelques temps,  il s'est passé quelque chose d’incroyable en Islande. L’enseigne Mc Do disparaissant de ce beau pays. Je dis tant mieux et cela éclaire bien le fait qu’un capitaliste montre sa totale incapacité (dans le cas de la restauration rapide) à nourrir son prochain car, chacun le sait, ce n’est pas du tout son but. J'ajoute  qu'il en est ainsi pour l’ensemble des activités humaines que le capitaliste s’approprie illicitement. 

Ceci dit, en quoi le capitalisme est-il dangereux?

Je suis tenté de dire en tout mais, pour aujourd’hui,  je ne prends qu’un exemple bien connu des communistes : la circulation des marchandises. Le capitalisme n’est rendu performant (pour lui-même) qu'en ajoutant la notion de temps une fois les cycles MAM ou AMA terminés.
Or chacun se souvient que pour Karl Marx  rien (ou tout)  n’est jamais terminé.
Pour le capitaliste cette conception "fonctionne" toujours en excluant sa composante "instantanée" pour ne conserver que sa composante  "durée" ou inversement c'est selon les "nécessités" de la rentabilité du capital. Or la durée ne peut se concevoir que par rapport à l'instantané et réciproquement. Cela semble enfantin de dire ce qui précède mais essayez d'imaginer un monde fait que d'instants?  C’est pourtant cette sauce là que les capitalistes nous  vendent le mieux et le plus abondamment. Toutes les taxes, tous les abonnements, les forfaits, les loyers, etc.,  sont synonymes d'instants alors que le prix à payer de ces instants est calculé en fonction de la durée.
Le temps, selon le capitaliste, est donc toujours décomposé, fractionné ou divisé quand il s’appelle instant  mais jamais recomposé, dé fractionné ou reconstitué quand il s’appelle durée ! Où se trouve cette loi? Quelles sont les expériences validant cette "théorie" érigée en postulat? Ne cherchez pas elle n'est que dans la tête du capitaliste.

Question : la seconde est la division de quoi  puisque sa validation repose, en partie, sur le concept de cycle et prenons,  par exemple, le cycle bien connu d'une rotation de la terre sur elle-même?

Le sur elle-même m’intrigue fortement.

Supposons qu’un être humain se situe pile poil sur le point imaginaire du pôle Nord, supposons aussi que chaque cellule de cet être humain se demande chacune en ce qui la concerne mais également toutes ensemble quel temps référentiel est à prendre en considération? Seule une convention totalement arbitraire (ne préjugeant en rien de sa propre justification ou non) existe (comme se faisant jour) afin de comprendre sa réalité d’être humain.
Fort de cette "connaissance" notre capitaliste n'a qu'un seul souci à avoir: celui de nous convaincre du bien fondé de sa théorie  temporelle confortée par l'équation E=mc².

Certains me demandent d'être "plus clair". C’est une remarque de bon sens car le brouillard de la pensée unique est bien épais. Sortir de ce brouillard c’est comme sortir d’une intox à grande échelle
(ex. DEMOLITION CONTROLEE DES WORLD TRADE CENTER DU ONZE SEPTEMBRE DEUX MILLE UN).

Je reprends l'exemple des cycles MAM ou AMA. Ces cycles possèdent par eux-mêmes, pour eux-mêmes et en eux-mêmes la composante temporelle alors
pourquoi et pour quoi les capitalistes les affublent d'une temporalité supplémentaire?
Mais c'est bien sur pour faire de ces cycles de "nouvelles" marchandises et
pour pouvoir multiplier à l'infini les "poussières" de profits capitalistes.





Partager cet article

Repost 0
Published by Ecnaroui - dans Politique
commenter cet article

commentaires